• Cours de change
  • 4885.52 AR
  • |
  • $4533.77 AR
Image
HighTech

Emploi fictif au Canard enchaîné: deux dirigeants, un dessinateur et son épouse jugés en juillet

15/12/2023 00:46 © Afp

Un procès pour abus de biens sociaux pour les dirigeants du journal connu pour pourfendre les abus: deux patrons du Canard enchaîné, un dessinateur et son épouse seront jugés en juillet à Paris dans l'enquête sur les soupçons d'emploi fictif dans l'hebdomadaire satirique.

Ces quatre personnes seront jugées du 1er au 3 juillet par le tribunal correctionnel de Paris suite aux révélations en 2022 de l'un des journalistes du Canard, Christophe Nobili, de soupçons d'emploi fictif au sein de l'hebdomadaire qui auraient concerné la compagne d'un ancien dessinateur et administrateur du Canard, André Escaro.

D'après l'une de ces sources proches du dossier, Michel Gaillard, président du Canard de 1992 à juillet 2023 et celui qui lui a succédé, Nicolas Brimo, comparaîtront devant la 11e chambre correctionnelle à Paris pour abus de biens sociaux à des fins personnelles, déclaration frauduleuse pour obtenir une carte de presse, faux et usage de faux et déclaration frauduleuse à un organisme social.

"Je réserve mes explications au tribunal quand mes avocats auront eu connaissance de la totalité des incriminations et des rapports qui ont amené le parquet à prendre cette décision", a indiqué Nicolas Brimo, président du Canard enchaîné, sollicité par l'AFP. M. Brimo a indiqué n'avoir pas reçu à ce stade la convocation au tribunal.

M. Gaillard n'a pu être joint.

La source proche du dossier a aussi indiqué que le dessinateur et ancien administrateur du Canard André Escaro et son épouse sont eux poursuivis pour abus de bien sociaux pour l’un, recel d’abus de bien sociaux, escroquerie à un organisme social et fraude à la carte de presse pour l’autre.

Christophe Nobili est l'un des journalistes à l'origine des révélations sur les soupçons d'emploi fictif concernant l'épouse de François Fillon, Penelope Fillon, pendant la campagne présidentielle 2017.

Courant 2022, M. Nobili avait dénoncé le fait que la compagne d'André Escaro aurait bénéficié pendant 25 ans d'une rémunération du journal sans y avoir travaillé. Il avait déposé en mai 2022 une plainte contre X et une enquête pour "abus de biens sociaux" et "recel d'abus de biens sociaux" avait été ouverte.

Le 8 mars 2022, il a sorti le livre "Cher Canard" (JCLattès), dans lequel il revient sur cette affaire qui a révélé des fractures au sein de la rédaction, sur fond de conflit entre générations.

D'après un article de Mediapart jeudi, un rapport du 21 juillet de la brigade financière de la police parisienne a jugé "élevé" le coût de cet emploi pour l’entreprise éditrice du Canard enchaîné. En l'espèce, 3 millions d’euros charges comprises entre 1996 et 2022.

"Crédibilité"

Toujours d'après le site d'investigation, le préjudice retenu par l'enquête a été ramené à 1,45 million d’euros, en raison de la prescription d'une partie des faits.

Joint par l'AFP, M. Nobili s'est dit "pas surpris" de ce renvoi en correctionnelle, "parce que j’ai réalisé l’enquête, donc je sais très bien que depuis 25 ans, malheureusement, deux dirigeants de la rédaction ont financé l’emploi fictif de la copine d’un de leur vieux potes".

Selon lui, "il va falloir quand même demander à un moment donné l’interdiction de gérer des deux dirigeants qui sont aujourd’hui renvoyés en correctionnelle".

Les avocats de Christophe Nobili, Mes Pierre-Olivier Lambert et Maria Cornaz Bassoli, ont évoqué "un petit cercle de dirigeants qui se sont octroyé des droits et ont décidé de ne pas respecter les règles, au préjudice du journal, de ses salariés, de ses actionnaires, et de l’État", s'indignant que "la crédibilité du journal" soit entamée.

L'affaire avait déclenché un conflit de travail majeur au sein de l'hebdomadaire, la direction déclenchant une procédure de licenciement contre son journaliste, lui reprochant de ne pas l'avoir informé du fait qu'il écrivait son livre et de s'être exprimé à son sujet dans des médias.

Mais par deux fois en 2023 l'inspection du travail a refusé ce licenciement.

M. Nobili a intenté une procédure, pour harcèlement, contre Nicolas Brimo et son prédécesseur Michel Gaillard, avec le soutien des syndicats de journalistes SNJ-CGT et SNJ. Une audience est prévue le 13 mars 2024 au conseil des Prud'hommes de Paris.

Lire la suite

Articles Similaires

Moov logo