Vous êtes ici

20-06-2019 par Seheno

Injustement disqualifié lors du Slalom ASA Tana, Tsiory Rakotomiarana rumine toujours sa colère qui prend aujourd »hui la forme d’une promesse non tenue par le Président de la Fédération de Sport Automobile de Madagascar, Bébé Rakotofiringa. Explications.

© Midi Madagasikara

 

Midi Madagasikara : Rien qu’à votre humeur, on sent que vous êtes en colère. Est-ce à dire que les incidents lors du Slalom ASA Tana ne sont pas encore résolus et que jusqu’ ici aucune sanction n’été prise contre le Directeur de course ?

Tsiory Rakotomiarana : « Vous pensez d’une solution alors les choses sont en train de s’empirer. On ne fait pas grand cas de ce qui m’est arrivé lors du Slalom ASA Tana. Plus grave encore, l’affaire prend une autre dimension depuis que je me suis expliqué avec le président de la Fédération de Sport Automobile de Madagascar. Et quand ce dernier m’a dit qu’il va régler cela, j’ai naïvement cru qu’il allait enfin prendre les sanctions et rétablir mes droits. Car voyez-vous, plus les compétitions se poursuivent, plus c’est devenu plus difficile pour espérer garder mon titre de champion de Madagascar ».

 

 

Midi Madagasikara : Aujourd’hui, votre chance de ravir le titre est-elle intacte.

Tsiory Rakotomiarana : « Ne serait que pour me donner raison, j’aurais aimé que la Fédération prenne ses responsabilités en sanctionnant le directeur de course qui a profité de l’absence du président pour enfreindre les règlements et favoriser d’autres pilotes pour des raisons obscures.

Il faut mettre tout le monde sur un même pied d’égalité car c’est l’essence même de la philosophie du sport.

 Si mon objectif de revenir me mêler à l’emballage final tient toujours, gagner le titre de champion de Madagascar reste mon vœu le plus cher mais avec les erreurs du directeur de course, je ne pense pas que ce serait facile car non seulement j’attends toujours la décision du président de la FSAM mais j’avais écopé d’une sanction pour une faute, je le redis encore, que je n’ai pas commise. »

 

Propos recueillis par

Clément RABARY


Midi Madagasikara