Vous êtes ici


22-10-2018 par Seheno

Les matières de bases seront davantage renforcées dans le primaire par le biais des tests de niveau. A l’issue de ces tests, des cours supplémentairesseront organisés lorsque le besoin se présente



Le basculement vers le Plan sectoriel de l’éducation (PSE) se fait progressivement. Concernant la réforme dans le primaire , l’accent est porté sur les matières de bases notamment la lecture et le calcul qui seront dispensées en langue malgache. La langue maternelle facilite en effet l’apprentissage chez la majorité des élèves. Des tests de niveau pour ces matières de bases seront alors introduits en primaire grâce à la collaboration du ministère de l’Education nationale avec l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica) à travers le Projet d’appui à la gestion participative et décentralisée des écoles (TAFITA) .

 

Ces tests vont être effectués trois fois durant l’année scolaire et les résultats feront l’objet d’une discussion durant l’assemblée générale des parents. L’objectif étant de fournir des appuis adéquats aux niveaux des élèves voire d’organiser des cours supplémentaires. « La Jica est aussi l’acteur principal de coopération dans cette réforme. Nous sommes prêts à apporter nos contributions dans la réalisation de la PSE et de partager nos expertises avec les partenaires financiers et techniques » selon Hironobu Murakami , représentant de la Jica à Madagascar.

 

Ce projet a déjà fait l’objet d’une expérimentation à Analamanga avec pas moins de 247.000 élèves bénéficiaires issus de 1641 écoles. 92 heures de cours supplémentaires ont été dispensées durant cette phase d’expérimentation. Les communautés locales par le biais des bénévoles ont apporté leurs contributions dans l’organisation des cours supplémentaires. « C’est une approche qui consiste à améliorer l’accès et la rétention à l’école. Tous les acteurs éducatifs locaux sont impliqués notamment les parents d’élèves, les enseignants ou encore les communautés » renchérit à son tour le secrétaire général du MEN , Rolland Justet Rabeson. Pour cette année scolaire, le projet sera étendu à Amoron’i Mania avant sa mise en œuvre à l’échelle nationale.

 

Hanitra Rakotobe


Seheno