• Cours de change
  • 4 399,93 AR
  • |
  • $3 987,83 AR
Copyright Image : © Midi_Madagasikara
Image
Economie

Solution énergétique : Le pétrole à pression, une alternative au charbon de bois

24/01/2023 09:15 © Midi Madagasikara

Le réchaud à pétrole à pression est de plus en plus utilisé dans les grandes villes à Madagascar. Parmi ses promoteurs, Ndrianja Tahina Randrianantoavina met en avant les avantages de cet outil, en termes d’efficacité, de coûts et de protection de l’environnement. Interview.

Midi Madagasikara (MM). D’où est né ce concept de réchaud à pétrole pression ? Comment avez-vous eu l’idée de promouvoir cette solution ?

Ndrianja Tahina Randrianantoavina (NTR). Le réchaud à pétrole à pression est un mode de cuisson qui existe depuis le XIXe siècle. Beaucoup de nos aînés se souviennent du réchaud à pétrole Primus qui a eu son temps de gloire en Afrique et aussi à Madagascar dans les années 1960. C’est en voyant l’efficacité et l’économie faite grâce à ce mode de cuisson qu’est née l’idée d’en fabriquer à Madagascar.

MM. Comment fonctionne ce système ? Quelle est la différence par rapport au réchaud à gaz ou au réchaud à mèches ?

NTR. Le système utilise la propriété du pétrole lampant, qui se transforme en gaz inflammable à partir de 150°C. N’utilisant pas de mèches, ce concept est reconnu pour son rendement et son efficacité.

MM. Quels sont les avantages du réchaud à pétrole pression ?

NTR. Par rapport aux autres réchauds à pétrole avec mèches, le réchaud à pression a un feu bleu et inodore. Par rapport au réchaud à gaz, il est plus économique. Un litre de pétrole à un pouvoir calorifique équivalent à ce que procure 800g de gaz. La consommation de nos réchauds 2L tapageur, 2L silencieux, 4L et 10L est alors divisée par trois, en termes de coûts, incluant les prix d’acquisition. Nous commercialisons les kits de réchaud à pétrole à pression entre 120.000Ar et 260.000Ar, selon leurs capacités

MM. Ce réchaud n’est-il pas très pollueur ?

NTR. Pas vraiment. Même si nous ne pouvons pas écarter le fait que toute combustion de produit pétrolier conduit à l’émission de gaz nocif pour la santé, il faut noter qu’il y a plusieurs degrés, suivant le système utilisé. Pour ce réchaud à pression, la combustion est beaucoup plus complète et ce rejet de gaz est donc minime, par rapport aux autres types de réchaud. Toutefois, nous recommandons toujours l’utilisation de réchaud dans un endroit aéré.

MM. Le charbon de bois est encore très utilisé. Selon vous, quels sont les facteurs qui pourraient freiner le déploiement rapide de ces réchauds à pression à travers la Grande-île ?

NTR. Actuellement ce type de réchaud est de plus en plus utilisé par la population urbaine à Madagascar. C’est une solution pertinente et une alternative à l’utilisation de charbon de bois causant un grave désastre pour nos forêts. En outre, cette utilisation est la meilleure option, vu les problèmes rencontrés avec le charbon de bois, les difficultés avec le gaz butane ainsi que le problème de la Jirama. Depuis 2018 on a pu écouler environ 1000 réchauds. Ce qui veut dire que cette solution gagne du terrain, au fil des ans. De plus, le pétrole est disponible dans presque toutes les régions de la Grande-île.

*MM. *Avez-vous l’ambition d’exporter ce produit ?

NTR. Le marché local est encore vaste pour ce type de réchaud, mais prochainement on envisage de l’exporter sur les îles voisines notamment aux Comores.

*MM. *Quelques mots pour conclure ?

NTR. Il est vrai que ce type de cuisson n’est pas validé par le processus clean cooking de la Banque mondiale. Mais compte tenu de l’urgence écologique et de la déforestation, nous pouvons dire que c’est une solution adaptée à notre pays. L’état devrait s’engager à vulgariser ces énergies alternatives sans attendre les bailleurs de fonds, afin de sauver nos forêts qui constituent l’une de nos plus grandes richesses.

Lire la suite

Articles Similaires

Moov logo