Vous êtes ici

28-09-2021 par Midi Madagasikara

Les nouvelles cargaisons de produits de premières nécessités annoncées par l’Etat devraient influencer les prix sur le marché.


Copyright Image : © Midi Madagasikara

 

L’Etat veut être rassurant face aux réalités sociales liées au prix des produits de consommation. Depuis plusieurs semaines, la tendance sur le marché est loin d’être en baisse, au point d’échapper à la portée de toutes les bourses. À peine débarqué depuis son voyage officiel Outre-Atlantique, le chef de l’Etat a, en effet, annoncé l’arrivée de cargaisons de produits de premières nécessités à bord de 20 bateaux. Il s’agit, entre autres, d’huiles alimentaires et de sucre, qui vont ravitailler le marché national à des prix abordables, selon le président de la République. Ces importations vont certainement influencer le prix à la consommation et l’État, de son côté, espère la stabilité, voire une tendance à la baisse.

 

Contrôles. Les craintes d’une hausse des produits de première nécessité hantent déjà les consommateurs à quelques mois de la période de soudure.  L’Etat y voit une menace qui pourrait lui coûter cher. Une perspective de stabilisation des prix sur le marché est donc envisagée par le gouvernement. Les mesures, entre autres administratives, vont également intervenir dans les jours qui viennent et la hausse sera scrutée. Au niveau du ministère de l’Industrie, du Commerce et de la Consommation, 477 contrôleurs et commissaires de commerce vont être, en effet, mobilisés dans toute l’île pour se pencher « sur l’origine des hausses des prix » sur les marchés. Ces techniciens vont s’investir dans les contrôles des prix affichés à la consommation, indique-t-on, afin d’identifier les différents paramètres qui pourraient les faire grimper. Edgard Razafindravahy, titulaire du portefeuille, quant à lui, a déjà promis des mesures qui vont favoriser la baisse des prix des PPN.

 

Bilan positif. L’Etat espère alors un succès de ces mesures au niveau de la consommation. Comme ce « franc succès » auquel la présidence de la République a attribué le qualificatif du récent déplacement du chef de l’Etat en France et aux Etats-Unis. La délégation conduite par Andry Rajoelina n’est pas rentrée les mains vides. À son arrivée, hier à Ivato, le président de la République a dressé un bilan positif de ses séjours à l’extérieur. En France, Madagascar a contracté un financement de 152 millions d’euros avec le trésor public français pour réaliser le premier projet de téléphérique dans la capitale. Les deux lignes téléphériques pourront transporter jusqu’à 40 000 personnes par jour, selon la présidence de la République, et participeront, à cet effet, au désengorgement de la circulation dans la ville. Selon Andry Rajoelina, « il s’agit d’un moyen de transport sûr et respectueux de l’environnement car alimenté par une énergie solaire et un groupe électrogène spécial ».

 

Résilience. Aux Etats-Unis, la délégation malgache a également récolté « les félicitations du Secrétaire général des Nations Unies pour la gestion du gouvernement malgache de la lutte contre le coronavirus ». La rencontre du président de la République avec la directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, a également été abouti à l’octroi d’une allocation spéciale non remboursable à hauteur de 332 millions USD qui sera destinée à « la résilience du pays, à l’émergence et à la reprise économique après l’épidémie de la Covid-19 ».

 

Rija R.