Vous êtes ici

21-11-2020 par L'Express de Madagascar

Un plan d’action pour apporter une solution de fond au problème récurrent de la malnutrition dans le Sud. C’est ce que l’État a concocté et présenté aux PTF, jeudi dernier.


Copyright Image : L'Express de Madagascar


«Combattre et éradiquer de façon effective et définitive le Kere dans le Sud de Madagascar, à travers la mise en place de solutions économiques sur le long terme ». Telle est la finalité affirmée par Andry Rajoelina, président de la République, durant une rencontre avec les Partenaires techniques et financiers (PTF), jeudi dernier.

Comme annoncé dans le communiqué du conseil des ministres de mercredi, une réunion avec les partenaires internationaux s’est tenue, jeudi. À l’ordre du jour, un exposé du plan d’action étatique pour mettre un terme à l’insécurité alimentaire chronique dans le Sud du pays. Il était donc, question de convaincre les PTF de soutenir les initiatives de l’État.

À s’en tenir aux informations qui ont filtré de cette réunion, l’administration Rajoelina mise sur l’essor économique, l’industrialisation du Sud, pour en finir avec le Kere. « L’objectif est de résoudre cette problématique chronique en profondeur et de façon définitive tout en participant à la croissance économique de la région, à l’autonomie économique et sociale des populations », aurait-il dit devant les PTF.

Pour atteindre son objectif, l’État s’impose comme mots d’ordre « anticipation, organisation, coordination, suivi et évaluation ». Le président de la République aurait souligné durant la réunion, « nous sommes dans une obligation de résultat et de droiture dans la gestion financière et matérielle. Il en va de la vie de nos compatriotes ».

En urgence, la mise en place de Centre de réhabilitation nutritionnelle et médicale dans le Sud a été réaffirmée. Ainsi que l’installation des banques alimentaires. Il y a aussi, la mise en place dans les plus brefs délais de systèmes d’adduction d’eau. À cela s’ajoutent la sensibilisation et la formation des habitants pour une autonomie. L’octroi de parcelles de terres cultivables et irriguées aux ménages sont dans les plans.

Sur le long terme, l’État compte installer des usines dans le Sud du pays. Andry Rajoelina en a donné des exemples dans un discours par visioconférence, à l’occasion de la journée de l’industrialisation de l’Afrique. « Ce plan d’action inclus entre autres, la mise en place d’usines de transformation locale de produits qui répondront aux besoins des populations concernées (…) », a-t-il déclaré.

Sont prévus, entre autres, une usine d’ensachage d’eau pour l’approvisionnement journalier de quatre cent mille personnes, une usine de transformation de complément alimentaire et des usines de production d’aliments nutritionnels spécifiques destinés à traiter et prévenir les différentes formes de malnutrition. « Nous voulons ainsi non seulement, venir en aide de façon urgente à la population locale, mais aussi, les aider à améliorer leurs conditions de vie, à devenir autonomes dans leur nutrition en créant des emplois et en diversifiant les opportunités dans ces régions », conclut le chef de l’État.