Vous êtes ici

03-08-2022 par Midi Madagasikara

Les fournitures scolaires n’échappent pas à l’inflation. Cette hausse se situerait entre 2 000 à 3 000 ariary le paquet pour les cahiers qui sont les plus touchés par cette augmentation de prix.


Copyright Image : © Midi Madagasikara

 

Cette rentrée scolaire risque de faire plus mal au portefeuille des parents que les précédentes. À cause de l’inflation, le prix des fournitures scolaires a connu une augmentation. Cette hausse est surtout observée au niveau du prix des cahiers. L’année dernière, le prix du paquet de 10 pièces pour les cahiers de 100 pages était encore à 12 000 ariary mais il s’achète actuellement à 15 000 ariary. Cette hausse pourrait s’expliquer par le prix de la pâte à papier qui a connu une augmentation de 70% en une année au niveau international. Le prix du paquet de 10 pièces pour les cahiers de 50 pages se procure à 10 000 ariary contre  14 000 ariary pour les cahiers de 200 pages de 5 pièces. « Nos clients viennent toujours avec une petite liste mais rares sont ceux qui achètent toutes les fournitures d’un seul coup faute de moyens. La majorité d’entre eux priorisent l’achat des cahiers qui sont les plus indispensables dans la liste. Mais là encore, ils ne les achètent pas en paquet mais par pièce en fonction du budget », selon un marchand de fournitures scolaires du côté du pavillon d’Analakely.

 

Frais. Cette hausse n’est pas uniquement observée au niveau des fournitures scolaires. Une augmentation a également été enregistrée au niveau des frais d’inscription dans certains établissements scolaires. Pour une école privée sise à Ambohibao, les frais généraux et les frais d’inscription s’élève à 280 000 ariary cette année contre 240 000 ariary l’année dernière. « Ces frais sont indispensables pour la réinscription et pour la réservation des places. Puisque nous sommes encore à un mois de la rentrée scolaire, nous allons acheter les fournitures au fur et à mesure en fonction de nos moyens », selon une mère de famille.Le cas de cette école n’est pas isolé car plusieurs d’entre elles ont révisé à la hausse les frais à payer pour la prochaine année scolaire.

 

Narindra Rakotobe