Vous êtes ici

04-05-2021 par L'Express de Madagascar

Le protocole pédagogique à adopter pour la reprise des cours a été précisé, hier. La division des élèves en groupes et les cours alternés seront parmi les mesures prises.


Copyright Image : Ministère de l'Education nationale

 

Comme il a été indiqué durant l’intervention du président de la République sur la chaîne nationale, hier, les élèves et les lycéens en classes d’examen vont rejoindre les bancs de l’école à partir du 5 mai prochain. Le ministre de l’Éduca­tion nationale, Marie Michelle Sahondrarimalala l’a précisé hier. « Le protocole sanitaire a été prévu pour la reprise de l’enseignement. Il prendra effet à partir de ce mercredi sous la houlette du comité de vigilance », indique la ministre. À cet effet, un comité de vigilance sera mis en place au sein de chaque école, de chaque lycée et collège. Son rôle étant de contrôler le côté sanitaire. Le comité sera composé du directeur d’école, de médecins, de parents d’élèves et d’enseignants.

Les conditions qui ont été rappelées étant le port de masque obligatoire pour les enfants de plus de 6 ans. La mise en place du système de lavage des mains au niveau de chaque école. La désinfection est également obligatoire.

Le protocole pédagogique sera applicable. Il s’agit des cours alternés pour les élèves en surnombre. « L’effectif des élèves dans une salle de classe devra être divisé en deux. Une partie aura cours dans la matinée et l’autre l’après-midi », enchaîne la ministre.

Il s’agit aussi d’heures de récréations alternées afin de réduire tous les contacts directs des élèves. Et enfin, des cours théoriques de l'Épreuve Physique et Sportive (EPS) seront dispensés pour la classe de 3e et les lycéens en classe de terminale.

Les écoles se disent prêtes à accueillir les écoliers à partir de mercredi. Pour les écoles catholiques, les dispositifs ont été mis en place. « Dans le cadre du protocole sanitaire, il a été prévu que les élèves seront divisés en groupes. Nous serons en étroite collaboration avec des enseignants dans l’application de ce protocole. D’un autre côté, le comité de vigilance sera garant de la mise en œuvre des mesures pédagogiques et sanitaires », soutient le Père Jules Ranaivoson, directeur national des écoles catholiques.

Certains parents sont réticents à l’idée d’envoyer leurs enfants à l’école, mais néanmoins acceptent l’organisation. « Ma fille a besoin de suivi puisqu’elle est encore en classe d’examen. À la maison, comme son père et moi travaillons, on n’a pas assez de temps pour les révisions de notre fille. À l’école, elle pourra être mieux accompagnée par les enseignants », indique une mère de famille. Toutefois, les parents exigent que les mesures préventives soient renforcées à partir de demain.