Vous êtes ici

23-06-2022 par Midi Madagasikara

L’évaluation nationale des risques de blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme a été présentée, hier, lors de la réunion hebdomadaire de l’exécutif.


Copyright Image : © Midi Madagasikara

 

À cette occasion, les différents projets mis en œuvre pour lutter contre ces phénomènes ont été évoqués, notamment des différentes réformes du dispositif juridique initiées jusqu’à présent. La nouvelle loi sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ainsi que la nouvelle loi sur le recouvrement des avoirs illicites sont en cours d’adoption au niveau du parlement, rappelle-t-on. Et leurs décrets d’application sont en cours d’élaboration, a affirmé le compte-rendu du conseil des ministres. 

 

La mise en place et l’opérationnalisation des pôles anti-corruption, qui sont des juridictions spécialisées en matière d’infractions de corruption et assimilées, de blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme, et d’infractions économiques et financières graves et complexes, sont aussi en cours, souligne le conseil des ministres. Mais faut-il rappeler que l’initiative visant à couvrir le pays d´antennes provinciales de ces pôles anti-corruption traîne encore. Alors que le gouvernement est convaincu, selon le compte-rendu du conseil, que « ces différents instruments devraient renforcer la capacité nationale de lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ». 

 

Recueillis par Rija R.