Vous êtes ici

21-07-2021 par L'Express de Madagascar

La Première Dame est dans le Sud pour récolter les fruits du projet Avotse. Deux écoles ont vu le jour à Tsihombe.


Copyright Image : L'Express de Madagascar


La modernité arrive à Behoda­tse et à Anka­zombalala, dans la commune d’Anjapaly, district de Tsihombe. Les enfants de ces deux villages vont pouvoir étudier dans une école moderne. Des établissements scolaires « Manarapenitra », ont été construits dans ces villages. « J’ai entendu que votre bâtiment scolaire est rudimentaire. Que certains d’entre vous étudient sous des arbres, dans la cour ou sous des ombres. Et que la faim empêche les enfants de se concentrer en classe. Cela a touché mon cœur. Je remercie l’Organisation internationale du travail (OIT) et félicite les partenaires grâce à qui ce projet a été réalisé », lance la Première Dame, Mialy Rajoelina, dans le cadre de l’inauguration de ces deux écoles primaires publiques (EPP ) Manarapenitra à Behodatsy et à Ankazomba­lala, hier.

Pour aider les enfants à avoir des bons résultats scolaires, en plus de ces nouvelles infrastructures, ils bénéficient, également, d’un appui nutritionnel. Ils mangent du Koba aina, le matin, et bénéficient d’un repas, le midi. Mialy Rajoelina encourage les enfants à se donner à fond dans les études, pour assurer un brillant avenir. « Mon souhait et notre défi commun, sont que les enfants du Sud aient les mêmes opportunités que ceux des villes, pour qu’ils bénéficient d’un enseignement de qualité », ajoute-t-elle.

Plusieurs enfants sont contraints de travailler dans le Sud, pour aider leurs parents, qui font face à des difficultés. « Vous avez vos droits: celui d’étudier, de jouer. J’incite les parents à ne pas faire travailler leurs enfants. La loi l’interdit », exhorte la Première Dame.

La construction de ces écoles entre dans le projet Avotse, initié par la présidente de l’association Fitia, dont le but est d’aider la population du Sud à faire face aux impacts de la sécheresse. Ces écoles ont vu le jour, quatre mois après les signatures de partenariat entre l’association Fitia et plusieurs partenaires. Vingt villages vont bénéficier des composants du projet Avotse. En plus de l’éducation, les habitants de ces villages vont bénéficier, également, des offres de santé. Des consultations gratuites et des sensibilisations sur les méthodes contraceptives. « Nous vous invitons, père, mère, jeunes filles à suivre les conseils des professionnels de santé », enchaîne Mialy Rajoelina. Une aubaine pour ces villageois qui doivent marcher jusqu’à trois heures pour se soigner. La présidente de l’association Fitia a offert, à l’occasion, des kits solaires aux ménages de Behodatse et d’Ankazom­balala.