Vous êtes ici

12-01-2021 par Moov.mg

Avec la recrudescence des cas de Covid-19, le ministère de la Santé publique annonce une série de mesures dont la réouverture du centre de traitement médical dédié à la covid-19 au Village Voara Andohatapenaka.


 

Le centre de traitement covid-19 (CTC-19) du Village Voara à Andohatapenaka est de nouveau opérationnel. La déclaration est du ministre de la Santé publique, le Pr Louis Hanitrala Rakotovao. Cette stratégie qui a montré son efficacité l’année dernière a été adoptée par les autorités pour endiguer la propagation du coronavirus à Madagascar surtout dans la région Analamanga fortement touchée par une multiplication des cas ces derniers temps. « Le centre sera rouvert pour permettre aux personnes présentant des symptômes de faire des dépistages gratuitement », soutient le ministre lors de son intervention sur la chaîne de télévision nationale ce mardi 12 janvier en début de soirée.

Cette sortie médiatique lui a permis de sensibiliser la population sur le respect des gestes barrières, le moyen le plus simple et le plus efficace pour faire stopper la diffusion de ce virus mais aussi d’annoncer les efforts déployés par son département dans la lutte contre cette maladie. Il a annoncé que les traitements contre l'épidémie de Covid-19 sont gratuits. Et tous ceux qui présentent des symptômes seront traités dans les hôpitaux. Par ailleurs, ceux qui ne présentent aucun symptôme peuvent suivre des traitements à domicile. Toutefois, ils doivent signer une lettre d’engagement de se confiner chez eux jusqu'à leur guérison.

Le ministère de la Santé publique ne veut pas changer la formule qui gagne. Dans cette lutte, le département a adopté les mêmes stratégies qui ont permis au pays d’avoir pu « maitriser l’épidémie » au moment fort de la crise sanitaire. Outre la réouverture du Village Voara, le membre du gouvernement a fait savoir que « des médicaments seront disponibles auprès des centres de santé de base des régions Analamanga, Vatovavy Fitovinany et Haute Matsiatra ».  

Après la fête de fin d’année, le nombre de personnes infectées par cette terrible maladie a connu une hausse considérable avec 234 nouveaux cas positifs selon le dernier bilan épidémiologique du 2 au 8 janvier. 14 régions sont les plus touchées par cette hausse dont Analamanga, Boeny, Vatovavy Fitovinany et Haute Matsiatra.

Au cours de cette période, cette terrible maladie a fait officiellement trois victimes dans la région Analamanga. 93 nouvelles contaminations y sont recensées. Dans la région Boeny, des dizaines d'étudiants de l'Université de Mahajanga ont contracté le virus. A ce jour, une quarantaine de malades sont encore en traitement dans les centres dédiés ou à domicile. D’après le membre du gouvernement, cette hausse s’explique surtout par le non-respect des gestes barrières. Pourtant, c’est le moyen le plus facile pour stopper la diffusion de ce virus.

Ces derniers temps, on constate un relâchement généralisé. Les principaux gestes barrières, notamment le port du masque et le lavage des mains avec du savon ou du gel hydro-alcoolique ont été quasiment abandonnés. Les autorités ont annoncé des mesures en vue de faire respecter les gestes barrières. Des surveillances seront renforcées, notamment dans les lieux publics et les transports et des sanctions seront appliquées aux récalcitrants.

Lova Rafidiarisoa

 


Moov.mg