Vous êtes ici

14-01-2022 par Midi Madagasikara

Une délégation conduite par le président du Sénat Herimanana Razafimahefa s’est rendue hier dans le district d’Ankazobe en vue d’assurer la mise en œuvre du projet de reforestation à grande échelle sur la RN4.


Copyright Image : © Midi Madagasikara

 

« Suite à nos discussions avec les autorités locales, notamment le chef de district et les maires, nous avons identifié plus de 150 ha de terrain pour démarrer cette campagne de reforestation à grande échelle », a-t-il annoncé à la presse, dans le cadre de cette descente sur le terrain. Une grande parcelle a été, entre autres, localisée dans la commune rurale d’Ambohitromby, soit à 12 km à l’entrée dans le chef-lieu de district d’Ankazobe. Deux autres grandes parcelles sont également identifiées et favorables pour un reboisement à grande échelle dans la commune de Kiangara et dans la commune rurale de Tsaramasoandro. Il faut savoir que ces trois collectivités territoriales décentralisées se sont engagées à doter officiellement le Sénat de ces trois parcelles de terrain en vue de lancer son projet de reforestation à grande échelle.

Une grande première. D’aucuns reconnaissent, surtout ceux qui empruntent la Route Nationale n°4, que le district d’Ankazobe est classé parmi les zones rouges en matière de recrudescence de feux de brousse alors qu’il dispose d’un vaste plateau de terrain exploitable pour assurer le reverdissement national, tant prôné par le président de la République. Face à cet état de fait, le président du Sénat, Herimanana Razafimahefa veut apporter un grand changement en impliquant les notables, les autorités et les élus locaux ainsi que la population dans le district d’Ankazobe, à prêter main forte dans la réalisation de ce projet de grande envergure. Il s’agira d’ailleurs, d’une grande première dans les annales de l’histoire du pays. En effet, « à l’instar de tous les pays dans le monde, nous subissons tous les effets néfastes du changement climatique pour ne citer que la sécheresse touchant de nombreuses régions de la Grande île, surtout la partie Sud. La lutte contre ce changement climatique constitue ainsi une des grandes préoccupations au niveau mondial. Raison de la tenue de la COP26 à Glasgow au Royaume Uni l’an dernier, avec la participation de Madagascar dans le but de renforcer l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques », a fait savoir le président de cette Institution.

Des tracteurs mobilisés. Et lui d’ajouter qu’il est temps d’agir dès maintenant pour assurer un environnement sain et verdoyant au profit des générations futures. « Puisque le Sénat veille sur les Collectivités Territoriales Décentralisées, de par sa mission, l’Institution va ainsi apporter son soutien pour mener à bien ce projet de reforestation à grande échelle au niveau du district d’Ankazobe. Ce projet va d’ailleurs s’étendre dans tous les districts de Madagascar. Des partenaires techniques et financiers sont également prêts à allouer des financements dans ce sens. Mais en parlant de ce projet de reforestation à grande échelle, proprement dit, ce ne sera pas un simple reboisement. En effet, des tracteurs seront mobilisés pour assurer le labour suite à une collaboration du Sénat avec une ambassade étrangère à Madagascar. L’utilisation des herses n’est pas en reste. Des partenaires s’engagent également à fournir des engrais servant à booster la pousse des plantations. Les communautés locales en seront ainsi bénéficiaires car les 80% des travaux de reforestation allant de la trouaison, en passant par la plantation jusqu’à l’entretien du reboisement et la protection des sites contre les feux, leur seront confiés. En outre, des espèces autochtones et variées seront plantées suivant la spécificité de chaque site de reforestation et les besoins de la population locale. Ce n’est pas tout ! Nous allons réaliser un forage d’eau sans oublier la mise en place des pare-feux », a-t-il enchaîné.

 

Par ailleurs, le président du Sénat, Herimanana Razafimahefa, a promis d’assurer l’électrification et l’alimentation en eau potable du “fokontany” de Borikely dans la commune rurale de Tsaramasoandro, toujours dans le district d’Ankazobe, suite à la demande de la population locale. Il va également rencontrer le ministre de la Défense nationale en vue d’apporter les doléances recueillies sur la lutte contre l’insécurité qui handicape ces communes à forte potentialité agricole.

 

Navalona R.