Vous êtes ici

05-08-2022 par L'Express de Madagascar

La faculté EGS encourage une demande d’authentification des diplômes pour détecter à temps les falsifications de diplôme



La faculté Économie, Gestion et Sociologie de l’Université d’Antananarivo tire la sonnette d’alarme sur des cas de faux diplômes décelés. «Nous avons détecté un cas de faux de diplôme mais ce n’était pas un cas isolé. La publication sur notre page a été une manière d’attirer l’attention sur la présence d’un contrôle d’authentification systématique à faire», indique le Professeur Ramaromanana Fanomezantsoa Andriamahefazafy, doyen de la faculté d’Économie, Gestion et de Sociologie au niveau de l’Université d’Antananarivo. Sur ce signalement, le diplôme vérifié auprès de la faculté est du grade de maîtrise et où les indications ainsi que les mentions et les signatures ne concordent pas avec les véritables informations. Le faux diplôme présentait pourtant des logos de l’Université d’Antananarivo et celui de la faculté EGS. Deux catégories de cas peuvent être détectées. «Le premier est celui qu’on a vu dernièrement. Toutes les informations sont erronées alors que la personne en question avait postulé pour un emploi chez un organisme onusien. Avant la mise en place du processus de code infalsifiable, il se pourrait que des personnes aient été tentées de faire un faux diplôme. Actuellement, nous disposons du code infalsifiable dans le cadre du diplôme sécurisé. Le diplôme ne sort qu’après des procédures de sécurisation», avance le responsable. Un signalement auprès des autorités compétentes a été déjà effectué, selon le Doyen de la faculté. «Nous avons transmis le cas à l’Université d’Antananarivo pour qu’elle puisse prendre les mesures nécessaires. Il s’agit entre autres de la diffusion des informations auprès des autres universités», renchérit le responsable.
Par ailleurs, la faculté EGS a encouragé les organismes ainsi que les ministères à lui adresser systématiquement une demande d’authentification auprès de ses services lors de la phase de recrutement et/ou contrôle. En outre, le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction publique (FOP) et des Lois sociales a insisté sur plus de contrôle des diplômes. La traque des faux diplômes se poursuit «Nous disposons d’une détection auprès de la FOP. Mises à part les procédures de détection, nous demandons également la liste des admis auprès des établissements avec l’original et la photocopie certifiée conforme», indique Mahadiny Gérard Bernardin, directeur général de la Fonction publique. Ce n’est pas la première fois que des cas de falsification de diplôme sont répertoriés. Dans certains cas, la falsification est utilisée soit pour intégrer la fonction publique, soit pour le reclassement. Les peines pourraient aller de deux à dix ans d’emprisonnement jusqu’à des travaux forcés à perpétuité pour les usurpateurs.